Energie et écologie, pourquoi mentir ?

Tandis que la grogne persiste dans tout le pays un grand nombre de nouveaux notables essaient d’éteindre le feu, mais pourquoi escamoter systématiquement la vérité ? Bêtise ou incompétence ?

Il ne sert à rien de se battre pour savoir à qui décerner la palme, la pauvreté des discours sur l’écologie et l’énergie dépasse tout ce que l’on pouvait imaginer.

Tout d’abord il y a deux dossiers différents, celui de la pollution des villes et celui du climat.

La concentration urbaine, le chauffage des immeubles et la circulation intense conduisent à une atmosphère polluée, et le corps médical alerte sur différentes émissions de produits nocifs qui diminuent l’espérance de vie. Annoncer doctement que cela conduit à 48 000 morts par an est un mensonge, c’est plutôt une estimation statistique car s’il y avait 48 000 crimes commis on rechercherait les coupables ! Les spécialistes des maladies respiratoires accusent les N0x et les particules fines des troubles engendrés par la respiration de l’air impur et le nombre des émetteurs est important tandis que l’accusation principale porte sur les moteurs diesel mal réglés. Haro donc depuis des années sur le diesel … En attendant d’éradiquer tous les transports fonctionnant au gazole on peut, quand même, dire que les Nox et les particules fines ne vont pas disparaitre, en particulier dans le métro où l’on respire beaucoup plus mal que parmi les voitures à l’air libre. Pourquoi ne pas dire que c’est un problème d’ensemble et qu’il n’y a pas un coupable, mais des coupables, et que les diesels nouveaux n’émettront plus ni Nox ni particules fines !

Le transport individuel utilisant les moteurs thermiques est plus polluant que le véhicule électrique ou le véhicule à hydrogène, et l’on comprend cette orientation dans les agglomérations surchargées, mais on peut aussi améliorer les transports collectifs pour permettre des mobilités sans utiliser la voiture. En ce qui concerne l’argent public, celui des contribuables, il semble préférable de mettre le « paquet » sur les transports collectifs et non sur la substitution d’un véhicule thermique par un véhicule électrique, surtout que l’on n’a pas encore résolu le problème du réseau électrique, des bornes, et du cout des batteries.

Ceci est donc un premier sujet, qui est celui des métropoles, et qui concerne la santé publique et la prévention des maladies respiratoires.

Le deuxième sujet traité est celui du climat, c’est-à-dire du constat d’un dérèglement climatique conduisant, par exemple à la fonte annuelle des glaciers et à la multiplication de phénomènes naturels aux conséquences dévastatrices. Une majorité des observateurs accusent la gestion des hommes de leur environnement, en hésitant sur le poids donné à leur comportement ou à leur nombre. Du point de vue scientifique il est difficile de séparer les conséquences de la société de consommation d’une part et le passage de 2 milliards d’individus à 7 milliards en quelques années d’autre part. Certains scientifiques accusent très directement l’émission de gaz carbonique (CO2) et de méthane(CH4) appelés depuis des « gaz à effet de serre ». Les humains sont clairement des émetteurs de CO2 tandis que les forets et les mers en sont consommatrices. Parmi les émetteurs, le chauffage et le transport sont majoritaires. C’est ainsi que l’on retombe sur les moteurs thermiques en particulier ceux à utilisation de gazole. Mais , bien évidemment, ce second sujet n’a rien à voir avec le premier, le CO2 n’est pas un polluant, c’est un « gaz à effet de serre », et on regrette simplement que la déforestation ne permette pas d’absorber tout ce qui est produit par les hommes, par eux-mêmes et par leurs chauffages et transports.

Dire comme on le fait depuis des mois que le véhicule électrique est « propre » et participe à la lutter contre le dérèglement climatique ne va donc pas de soi, il faut démontrer que le « bilan carbone » est meilleur que celui des véhicules thermiques. On sait désormais que c’est loin d’être évident. Par contre il est clair que son influence sur la baisse de la pollution des agglomérations denses est incontestable.

En conséquence augmenter les aides d’Etat aux véhicules électriques c’est clairement prendre de l’argent à l’ensemble des contribuables pour favoriser ceux des métropoles qui ont la possibilité financière de changer de véhicule pour diminuer les dépenses de santé. C’est louable, mais c’est quand même assez loin de la présentation qui nous est faite ! Il ne s’agit pas de « sauver la planète » !

Je me sens humilié lorsque des femmes ou des hommes politiques, des journalistes chevronnés, des invités prestigieux se mettent à divaguer en confondant ces deux notions, cela dure depuis des mois et le peuple finit par percevoir le mensonge permanent qui irrigue l’ensemble de ces dossiers qui concernent l’énergie et l’écologie.

Un jour on annonce que l’on va faire des économies sur les contrats passés il y a 6 ans sur les éoliennes en mer. Quelques semaines après on annonce que les raccordements au réseau électrique ne seront plus à la charge des producteurs ! Qui va payer ? Le contribuable bien sûr ! Mensonge !

Un autre jour on nous dit que les énergies solaire et éolienne vont remplacer les centrales nucléaires. Mensonge encore, elles sont intermittentes et pour assurer le pilotage du réseau il faudra un complément pilotable avec des centrales à gaz …ou à charbon comme en Allemagne.

La part du nucléaire dans le mix électrique va baisser de 75% à 50% pour améliorer le climat ! Mensonge une nouvelle fois, la production nucléaire est décarbonée, le nucléaire est donc un atout pour lutter contre le dérèglement climatique

Lutter contre le diesel et favoriser les moteurs à essence est  bon pour le climat, mensonge encore, le diesel consomme de l’ordre de 20% de moins que l’essence !

La taxe carbone sur les automobiles en France participe à la lutte contre le dérèglement climatique ? Mensonge encore si elle sert aux primes véhicules électriques ou au raccordement électrique des éoliennes en mer.

Cerise sur le gâteau « il y a urgence, dans deux ans il sera trop tard «  pourquoi deux ans ? 85% de l’énergie mondiale provient des énergies fossiles ! En deux ans on fait quoi ?

Bêtise ou incompétence ? J’aurais tendance à dire « les deux sans doute ». On pourrait poursuivre la litanie, mais il faut surtout se demander comment on se sort de cette folie qui a gagné ceux qui nous dirigent et ceux qui nous parlent. Pour ma part je pense qu’il faut continuer à espérer en témoignant inlassablement et en insistant partout sur la nécessité de dire la vérité pour se donner encore une chance de prendre des mesures efficaces et justes pour l’avenir de nos descendants.

 

One Comment on “Energie et écologie, pourquoi mentir ?”

  1. Cette accumulation de bêtises, d’amalgames et de mensonges participe à généraliser l’impression d’être méprisés et pris pour des imbéciles. La sagesse n’est pa là où elle devrait être, elle devrait émaner de ceux qui ont appris à réfléchir, ou plutôt qui croient en avoir l’exclusivité. Rassurons nous, ce n’est pas du mépris mais de la bêtise!
    Merci Loïk.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.