Les belles histoires de l’oncle Nicolas

Alors que le monde politique s’agitait tout seul et que la France partait en vacances, l’oncle Nicolas , comme le célèbre oncle Paul du magazine Spirou, se met à nous conter des histoires. Mais alors que son prédécesseur nous faisait rêver avec des héros édifiants, il est en colère à cause de notre inconséquence face au réchauffement climatique, il nous fait la leçon, nous morigène et appelle à un électrochoc.

« Nous venons de vivre une semaine d’extrêmes climatiques : incendies en Grèce et en Suède, record de température en France, inondation puis canicule au Japon. Les scientifiques nous préviennent « ce n’est qu’une bande annonce » …c’est la conséquence de nos inconséquences ». Et de nous prédire des malheurs encore plus grands : « montée des eaux, perte de productivité agricole, développement de pathologies et de virus. Hélas nous y sommes. »

L’oncle Nicolas a peur, il veut nous la faire partager, il utilise pour cela la méthode Cassandre avec le ton des grands romantiques « levez-vous vite orages désirés ! » Et il défend sa position de Ministre et d’écologiste avec cette phrase « on s’est beaucoup moqué des écologistes. Ils ont souvent eu raison trop tôt «. Pauvre peuple de France, pauvres peuples du monde, vous ne voyez pas, vous ne faites rien, heureusement nous sommes là, nous veillons, nous vous disons comment faire : « je fixe un cap, je prends des mesures « .

Cette histoire n’est pas belle, il ne faut pas la raconter aux enfants, ils veulent vivre, rêver, s’enthousiasmer, vibrer… On l’a vu avec le football, avec les festivals de musique tout l’été et le beau temps est de la partie…l’eau de mer est chaude partout, profitons-en ! Depuis quand les oracles annonçant les cataclysmes sont-ils devenus mobilisateurs ? C’est l’oncle Paul qui a raison, pas l’oncle Nicolas l’arrogance des donneurs de leçons ne conduit pas à l’acceptation des orientations proposées, la peur est rarement efficace, c’est l’espoir qui mobilise et fait vivre. Il faut rechercher l’exemplarité et non la coercition, c’est-à-dire les interdictions et les anathèmes, les contraintes avec leur accompagnement, la technocratie aveugle. La liberté est un bien trop important pour la laisser se disloquer à travers des obligations issues de ceux qui « pensent bien « .

Revenons aux réalités ! La planète est en constante évolution et fait face depuis l’avènement de l’homme à un prédateur organisé. Ce prédateur met à son service l’ensemble des ressources et il échappe depuis un siècle ou deux aux grandes pandémies, ce qui lui permet de se multiplier et de « pomper » de plus en plus sur les réserves. Nous sommes désormais plus de 7 milliards avec environ 10% en situation précaire. Nous avons un « modus vivendi » planétaire qui nous permet d’avoir une vue globale de notre univers et nous évitons les conflits majeurs grâce à la dissuasion nucléaire, c’est-à-dire la possibilité pour un certain nombre de pays de s’anéantir mutuellement. La démographie galopante accentue les tensions et le nombre de pays « tranquilles » est en voie de diminution tandis que de grandes migrations se préparent. Peut-on imaginer que notre organisation spatiale actuelle puisse résister à la présence de 10 milliards d’humains dans une trentaine d’années ? Nous n’en savons fichtre rien, mais c’est la question primordiale car c’est celle qui alimente directement les peurs sans qu’il soit besoin des « écologistes » auto-proclamés.

Notre population d’humains augmente, nous observons des changements climatiques, des « dérèglements » en nombre comme en intensité et « des » (et non « les ») scientifiques nous disent que le gaz carbonique injecté dans l’atmosphère par le fonctionnement de nos sociétés est une des causes essentielles de ces transformations. On pourrait en déduire qu’il faut limiter au plus tôt la démographie comme l’ont fait les Chinois pour faire démarrer leur économie, mais  on peut aussi changer nos habitudes de consommation,, changer notre modèle de développement, traquer les émissions de carbone …C’est cette politique qui a été choisie par certains pays « développés » et ils l’ont imposé aux autres, ou du moins ils ont cru pouvoir l’imposer avec des conférences mondiales dont la plus célèbre est la COP 21 où l’oncle Nicolas s’est illustré.

Je suis partisan de partir non pas du carbone mais de la démographie, c’est-à-dire de partir des causes du mal et non de ses conséquences. J’ai honte de penser que je fais là œuvre originale, lorsque je me promène dans les rues de mon pays, je ne rencontre que des gens qui affichent leurs préoccupations sur l’explosion démographique et qui se réjouissent lorsqu’il y a du beau temps, du soleil …Et puisque l’Afrique est à nos portes , que j’y ai passé une partie de ma vie, que j’aime ce Continent et les personnes qui le peuplent, je dis que pour éviter la multiplication par deux dans les vingt ans qui viennent et les grandes migrations déséquilibrantes, il faut éduquer, éduquer, et éduquer encore. Pour cela, un raccourci limpide il faut de l’énergie, en particulier électrique (mais pas seulement) et que l’efficacité, c’est-à-dire la rapidité d’exécution, passe par l’utilisation de toutes les énergies, en particulier fossiles. Le gaz butane doit remplacer les feux de bois, et les centrales électriques à gaz peuvent fonctionner sur tout le littoral africain dans les deux ans, c’est-à-dire un délai court.

Je n’ai jamais adhéré, on le sait aux mouvements d’écologie politique, par contre depuis mon enfance j’ai toujours été près de la nature et participé aux combats pour la défense de l’environnement. J’ai défendu les sentiers douaniers dans ma Bretagne natale, j’ai soutenu Louis Le Pensec dans son combat pour la loi « littoral », je suis contre le ramassage stupide de sable dans la baie de Lannion, je m’insurge contre l’installation des éoliennes en mer amarrées en baie de Saint-Brieuc qui ignorent la faune ( en particulier les coquilles Saint-Jacques) , j’ai écrit un guide de la pêche à pied en Bretagne pour que les pratiquants respectent la nature…je suis écologiste et je suis agacé par ceux qui proclament leur adhésion à un mouvement sectaire qui prône une doctrine et une interprétation de la science contestables. Les spécialistes de l’environnement regroupés autour de Paul Hawken sont aussi respectueux de notre nature et disent « le réchauffement climatique n’est pas une malédiction ! «  Il n’y a donc pas UNE opinion mais plusieurs.

Pour mon pays, je souhaite que l’on revienne à l’écologie véritable et qu’on oublie les postures. J’ai exposé ici de nombreuses fois la nécessité de prendre en compte que notre pays est exemplaire pour son électricité décarbonée grâce à son électricité d’origine nucléaire. Vouloir « en même temps » décarboner plus et fermer des centrales nucléaires est une illusion. Vouloir « à tout prix » pour des raisons d’affichage fermer nos dernières centrales à charbon alors qu’elles évoluent vers des centrales à bois récupéré est une erreur . Vouloir ignorer la complémentarité des centrales à gaz avec les renouvelables intermittentes est une faute grave. Faire fi des réflexes nombreux contre la multiplication des éoliennes à terre comme en mer est un affichage inutile de mépris à l’égard des populations. Il n’y a pas une doctrine qui va faire le bien du peuple malgré lui. Et pendant ce temps on abandonne « notre » filière principale renouvelable, celle de l’hydraulique que l’on met dans les statistiques pour montrer l’efficacité des renouvelables, mais que l’on oublie immédiatement à la ligne suivante alors que les bons résultats d’EDF viennent en partie de là . Je ne sais pas, pas plus que d’autres, ce que sera l’avenir électrique du pays, mais ce dont je suis sûr, c’est que les lois physiques ne vont pas se modifier sur notre planète, et que chaque changement d’état conduit à des pertes de rendement. Il faut arrêter de dire tout et n’importe quoi sur les énergies renouvelables intermittentes ne serait-ce que pour les sauver en les utilisant à bon escient dans les régions qui le permettent . Bien sur il est important de développer les renouvelables, comme il est impératif de mettre l’accent sur le recyclage et le traitement des déchets, sur l’eau…mais en gardant la mesure et en recherchant toujours l’efficacité et pas la satisfaction d’une doctrine. C’est cela la leçon de l’oncle Paul .

2 Comments on “Les belles histoires de l’oncle Nicolas”

  1. Excellent. Le poids de l’évidence et de la raison comme disait de Gaulle, devrait l’emporter sur celui des idéologues qui ont conquis le pouvoir politique et nous conduisent à des désastres.

  2. Vous avez une vision planétaire et nationale de l’écologie. Très bien. Mais vous réduisez l’éolien marin à l’échelle de votre région de la Baie de St Brieuc.
    C’est pourtant au minimum le littoral français dans son ensemble qui est concerné par des projets identiques à celui de Saint Brieuc, avec les mêmes conséquences écologiques, économiques et sociales :
    Dunkerque, LeTréport- Dieppe, Fécamp- Etretat, les plages du débarquement, la baie de St Nazaire, Belle ile en mer-Groix; Oléron; L’Ile D’yeu- Noirmoutier, Oléron ; 3 projets en méditerranée
    Et ce n’est qu’un début. Nous sommes seulement à environ 40% des objectifs du syndicat des énergies renouvelables et du gouvernement français qui ambitionnent plus de 10 000 MW en mer
    https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/eolien-en-mer

    A quand le prochain un focus sur ce sujet lors un de vos prochains articles ou témoignages?
    La matière ne manque pas :
    Mensonges sur les emplois promis, faiblesse de la production avec un taux de charge qui ne dépassera pas les 30% à 15 km des côtes, surcoûts à la charge des contribuables et consommateurs, renforcements des réseaux nécessaires de (550 millions d’€ par site), prise en charge des raccordements, (200 millions par site) aides d’état Européennes, nationales, et des régions (100 millions par site),
    https://www.meretmarine.com/fr/content/eolien-offshore-les-regions-pays-de-la-loire-normandie-et-bretagne-manifestent-leurs

    baisse des subventions promises aux municipalités, tarifs de rachat de 150€ le MWh, à comparer par exemple au 110€ maximum du futur EPR d’Hinkley Point et pour une production et une durée de vie trois fois moindre.
    http://podcast.bfmbusiness.com/channel220/20160915_Lundy_0.mp3

    pertes d’emplois des départements côtiers de la filière pêche, tourisme, navigation de plaisance, et sur la mort des ports côtiers ….sans même aborder le désastre écologique de ces usines électriques en mer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.