Les bonnes intentions et l’enfer : il ne faut pas se tromper

Depuis « One Planet Summit » on voit les annonces d’initiatives se multiplier dégoulinant de bons sentiments , on s’y laisserait volontiers prendre si nous n’avions pas en tête l’adage « l’enfer est pavé de bonnes intentions »

La planète est en danger, c’est à cause du gaz carbonique « anthropique » (en clair à cause du comportement des hommes), on va donc éradiquer les énergies fossiles et marcher résolument tous ensemble vers une « neutralité carbone » comme de bons petits soldats. Un problème très complexe se trouve ainsi résumé avec une grande unité d’expression chez les politiques et les commentateurs, ignorant les sommes de travaux scientifiques, techniques et industriels du monde entier.

Il faut croire que depuis quelques dizaines d’années, à force de ne regarder que l’évolution de la finance et les statistiques alliées aux sondages, on a oublié l’essentiel de ce qui a conduit au fonctionnement actuel de notre univers, à savoir la méthode scientifique qui permet de tester les hypothèses en démontrant que dans certaines conditions les phénomènes observés peuvent être reproductibles. Les fameuses « nouvelles technologies » qui rythment notre quotidien sont issues de ce travail systématique souvent obscur qu’illumine parfois une transformation universelle.

Vous voulez « sauver la planète », hé bien alors faites le bon diagnostic et expérimentez scientifiquement les remèdes ! Les bonnes intentions sans méthode c’est l’échec assuré, l’enfer de notre adage.

Le premier élément c’est que l’on constate un réchauffement dans certaines parties du monde et que l’hypothèse sur laquelle un grand nombre de spécialistes s’accorde c’est qu’il y a une trop grande accumulation de « gaz à effet de serre », c’est-à-dire de gaz qui ne nous protègent pas suffisamment des rayons du soleil. Ces gaz ne sont pas uniquement le CO2 tant décrié, mais aussi le méthane (CH4) environ 25 fois plus nocif que le précédent. Parmi les observations importantes il y a eu celle de l’émission des volcans avec leurs poussières, en particulier soufrées qui ont eu l’effet inverse, c’est-à-dire qu’elle a freiné le réchauffement en protégeant la planète.On considère que l’éruption du Pinatubo (Philippines) en 1991 a fait baisser la température du globe de 0,6 degrés pendant 2 années. Il y a 20 volcans environ en activité chaque année, ils génèrent un « hiver volcanique » autour d’eux qui tempère l’autre phénomène dit de réchauffement. Le CO2 est, lui, traditionnellement absorbé par la foret et par la mer, mais la déforestation et l’activité humaine et industrielle ont eu tendance à exagérer les émissions. Je sais qu’il y a des climato-sceptiques qui ne partagent pas ce point de vue, mais tant que la peur s’est installée et que la démonstration contraire ne se fait pas, il faut bien agir dans le sens d’une modification de notre comportement collectif.

Et c’est là, après ce diagnostic à peu près partagé, que les ennuis commencent, chacun des 7 milliards d’habitants a SA solution, son compromis, sa bonne intention, et certains voudraient diriger le monde entier vers la lutte contre l’ennemi et vers l’addiction à une façon universelle de concevoir le futur. Là, on s’éloigne délibérément de l’approche scientifique et on rentre en religion avec comme corollaire une nécessité de concevoir l’organisation terrestre comme un assemblage de dictatures imposant aux peuples une vision unique des solutions. On peut observer d’ailleurs que depuis quelques mois on fustige la démocratie américaine qui tourne le dos à l’avenir tandis que l’on célèbre le bon comportement de la Chine à la démocratie…autoritaire, enfin me semble-t-il ! Quel retournement de la situation ! Quel appel à l’obéissance !

Depuis des mois, je pourrais dire des années, car j’étais encore en fonction lorsque j’ai commencé à parler de ces sujets, je plaide pour un comportement scientifique à l’égard des solutions à apporter aux phénomènes observés. C’est en 1973 , après le « choc pétrolier », c’est-à-dire la prise de pouvoir

des pays producteurs conduisant au renchérissement des combustibles fossiles, que l’on a élaboré des pistes de solutions, lutte contre les gaspillages, amélioration des rendements, diminution des émissions, appel à l’énergie solaire, recherches sur le stockage, sur la captation du CO2… Nous n’avons pas sans doute été assez rapides, assez constants, assez déterminés, nous nous sommes laissés endormir par la facilité, et surtout les financiers ont commencé à dominer les techniciens en coupant les ailes des débauches des innovations dispendieuses. L’ingénieur, le chercheur, celui qui voulait aller vite, devenait celui qui empêchait la meilleure rentabilité du capital investi. Ainsi, par exemple, les idées de véhicule hybride ont-elles été combattues il y a plus de quarante ans car contraires aux intérêts de l’époque , et la création du Commissariat à l’Energie Solaire méprisée avec des dotations très insuffisantes…

Depuis la science, les techniques et l’industrie ont progressé, et les solutions ne sont pas stupidement univoques comme on veut bien nous le présenter aujourd’hui avec des raccourcis, des postures et des incompétences ahurissantes pour un pays comme le notre qui nourrit une éducation scientifique de qualité.

La science étudie d’abord s’il n’y a pas des moyens d’agir sur le climat, en anglais « climate engineering » jusqu’à imaginer la fourniture artificielle de l’équivalent des volcans. Elle regarde aussi la captation du CO2 qui terrorise tellement nos commentateurs et sa valorisation, car nous sommes nous-mêmes des êtres carbonés vivant du carbone. Il n’y a pas que la décroissance et les interdictions qui peuvent « marcher », il y a aussi l’intelligence humaine qui s’appuie sur celle que l’on nomme « artificielle » mais qui existe aussi par elle-même ( quoique que je conçoive que l’on puisse en douter parfois en lisant des absurdités émanant des humains). Un livre de chercheurs américains, je reconnais non traduit en français, « smart solutions to climate change », a été édité il y a seulement 7 ans, il n’a pas percé dans les Ministères visiblement, mais il est déjà complètement dépassé ! Il n’y a pas que le téléphone portable et ses applications révolutionnaires, il y a un travail scientifique considérable qui n’a pas été pris en compte lors de l’élaboration technocratique de la loi de transition énergétique.

Ensuite les recherches sur les rendements des cellules solaires avancent , elles vont produire des résultats et rendre obsolètes tous les matériels existants, alors que sur le stockage électrique qui pourrait doper les énergies intermittentes, on avance très lentement malgré les rodomontades de certains. On va trouver, c’est certain, mais en attendant il faut coupler ces énergies intermittentes avec des énergies continues, fossiles, nucléaires, hydrauliques, Nous avons devant nous des dizaines d’années de fonctionnement hybride, c’est-à-dire mélangeant selon les réalités de chaque territoire ou activité ce qu’il y a de meilleur, c’est-à-dire de moins cher, car avec une augmentation continue de la population mondiale, et la diversité des contrées, il faudra prendre en compte l’économie des solutions retenues et arrêter le fonctionnement artificiel dans lequel l’Occident s’est noyé au point de ne plus comprendre quels sont les couts tout en favorisant les escroqueries aux subventions.

Les bonnes intentions qui veulent éradiquer le charbon, puis le pétrole se heurtent aux réalités, mais surtout à la science , nous ne sommes pas dans un western avec les bons et les méchants, nous sommes dans la vraie vie avec la possibilité pour chacun de satisfaire les principes d’une connaissance qui évolue, qui peut donc à tout moment modifier et transformer. Lorsque l’engouement pour le pétrole vert avait déferlé sur tous les continents, la FAO avait tiré la sonnette d’alarme, la terre est d’abord nourricière ! Et nous avons du reculer, ce n’était pas la bonne solution. Personne ne peut dire aujourd’hui « voilà la bonne façon de faire », cela dépendra du lieu, de l’activité, et du progrès scientifique. Je crois aux résultats, et je redonne mon exemple sur la GPL( gaz butane et propane) en Afrique pour remplacer le plus rapidement possible le bois pour faire la cuisine luttant ainsi contre une déforestation abusive et les maladies respiratoires mortifères chez

les cuisinières. Je refuse, au nom de la science et de la diversité de notre monde que l’on continue à montrer du doigt les énergies fossiles. L’hydrogène qui sera un jour le combustible préféré sortira probablement majoritairement des raffineries de pétrole . Un grand peuple qui a connu et qui connait encore des scientifiques éminents ne peut pas continuer à se comporter collectivement comme un peuple d’ignorants. Les intentions sont bonnes sans doute, elles mènent néanmoins à l’enfer. Hier comme aujourd’hui et demain on utilisera toutes les sources d’énergie disponibles améliorant continuellement les couts, les rendements et réduisant les émissions au besoin avec les taxes appropriées. Et si c’est de la morale que l’on a envie de faire en interdisant de financer telle ou telle activité, commençons donc par l’extraction de coltan et de cobalt dans cette contrée martyr du Kivu en République Démocratique du Congo, ne fermons pas les yeux car chacun a un téléphone portable et un téléviseur !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.