La saison des anathèmes acte 2

J’avais signalé qu’il me paraissait déplacé de montrer du doigt le nouveau Président de la République en le définissant comme ancien banquier de chez Rothschild en comparaison avec la période de 1969 lors de l’élection de Georges Pompidou. J’aurais pu aussi faire le même   commentaire sur le regretté Henri Emmanuelli ancien Premier Secrétaire du Parti Socialiste au décès duquel je n’ai lu aucune relation de ce passé ! On choisit donc ses anathèmes !

J’avais alors signalé qu’il arrivait aussi de travailler dans le pétrole et même dans le nucléaire et qu’il m’apparaissait malsain de poursuivre d’opprobre ceux qui avaient des métiers qui concourraient au développement industriel de la France.

Il m’avait échappé que le nouveau Premier Ministre avait travaillé 3 ans chez Areva et donc pour l’industrie nucléaire ! Mais cette carrière a immédiatement fusé sur les chaines d’information et les réseaux sociaux, certains y voyant « un mauvais signe pour l’avenir » !

Je pense vraiment qu’il est indispensable d’arrêter la saison des anathèmes et de nous mettre collectivement au travail. Aura-t-on le droit avec ces nouveaux tribunaux populaires d’avoir travaillé dans la chimie, dans la pharmacie, dans l’industrie agro-alimentaire, dans la police, dans le commerce, peut-on avoir été artisan chaudronnier, est-ce que le métier de soudeur leur plait ? Nous n’avons qu’à nous réjouir que les responsables de la Nation aient touché de près l’activité économique de notre pays, car je ne le répéterai jamais assez le premier problème chez nous est le chômage dont la cause est la désindustrialisation.

Mais puisque la nouvelle attaque est sur le nucléaire, parlons-en, et je conseille à ceux qui voudraient engager ce débat de lire un petit livre écrit par un des responsables de l’électricité de notre pays, 35 à EDF, il se nomme Hervé Machenaud et il a  publié « la France dans le Noir » les méfaits de l’idéologie en politique énergétique.

Le programme énergétique français auquel nous avons tous les deux participé c’est celui de l’indépendance énergétique et industrielle de la France. L’électricité est un service universel dans notre pays et les coins les plus reculés sont connectés et il n’y a pas de délestage, c’est-à-dire de coupures erratiques dont la cause serait les insuffisances de la production. Pour y arriver, en dehors des centrales hydrauliques, des centrales thermiques (charbon, fioul ,gaz) , l’Etat (avec l’ancien Banquier Georges Pompidou) a engagé un programme de construction de réacteurs nucléaires (58) qui a permis d’assurer au pays une électricité abondante et bon marché . Certains peuvent regretter ce choix, mais il a été fait et a montré son efficacité, le nucléaire représentant désormais 75% environ de la production électrique française.

 Certains regrettent amèrement cette situation et le pays, sous la pression des anti-nucléaires, a engagé un débat qui a conduit à la loi de Transition Energétique qui prévoit à un horizon court une réduction à 50% du nucléaire dans la production électrique. Comme l’indique très bien le petit livre ceci tient plus de l’idéologie que de la réalité, c’est-à-dire que si, comme en Février 2017, le froid vient alors que le vent ne souffle pas et que le soleil est absent « La France sera dans le Noir », c’est-à-dire que nous aurons perdu la souplesse nécessaire à la satisfaction des français qui veulent avoir chez eux à toute heure du courant électrique. C’est un fait technique, il ne donne pas lieu à discussions oiseuses, et en Février 2017 il a fallu faire marcher à plein régime une centrale thermique arrêtée depuis, celle de Porcheville sur la Seine, et celles au charbon du Havre et de Cordemais (près de Nantes) dont certains disent le plus grand mal. Pourquoi ? parce que éolien et solaire sont intermittents et que le stockage électrique reste un problème encore non résolu !

Par ailleurs le petit livre nous rappelle que l’éolien et le solaire sont prioritaires sur le réseau, mais discontinus, par conséquent appellent à une flexibilité des autres sources qui n’est pas gratuite ! les calculs économiques qui sont faits pour célébrer les énergies renouvelables comme LA solution bon marché pour l’électricité sont loin de la réalité, les français subventionnent pour un tiers avec leur facture d’électricité les énergies éolienne et solaire, et cette hémorragie va augmenter, enlevant ainsi à notre pays un de ses  rares avantages compétitifs !

Redresser la France c’est redevenir pragmatiques et efficaces, ne pas se payer de mots et éviter le déni de réalité, c’est croire à son industrie et lui donner les moyens de vivre et de prospérer, ce n’est pas d’attaquer systématiquement tous ceux qui ont participé à son essor et ceux qui y travaillent aujourd’hui. Pas de tabous stupides et illusoires, avoir exercé un métier et avoir un rôle dans la nation c’est prometteur, plus que de n’avoir eu que des carrières d’attachés parlementaires puis de parlementaires professionnels.

One Comment on “La saison des anathèmes acte 2”

  1. Depuis plusieurs moi, EDF, avec sa filiale EDF-ENR, a lancé une grande campagne de promotion vers les particuliers pour leur faire valoir les avantages d’équipements photovoltaïques en auto-consommation. Le Ministère de l’Environnement qui, jusqu’à présent ne subventionnait pas ces équipements, vient de remédier à cette anomalie en publiant, le 9 mai 2017, le décret d’application fixant les conditions d’une prime à l’investissement d’installations photovoltaïques. Ce décret totalement abscons de 28 pages est un modèle de ce que l’administration française est capable de produire de plus hermétique!
    Comment comprendre cette politique ? Sinon qu’il n’y en a pas, et que le citoyen ne peut pas adhérer à quelque chose qui n’existe pas.

Laisser un commentaire