Beppe Grillo à la française

Lors de l’une de nos élections présidentielles l’humoriste Coluche avait fait mine de se présenter. Un véritable engouement avait suivi, spécialement chez les jeunes et les autres candidats avaient fini par prendre au sérieux ce qui n’était, au départ, qu’une fantaisie. C’était en 1981 !

En Octobre 2009 le comédien Beppe Grillo lance son mouvement Cinq étoiles, mais cette fois va jusqu’au bout, ce qui bouscule la politique italienne au point que le pays devient ingouvernable tandis que des mairies importantes tombent dans l’escarcelle de son parti, avec des échecs retentissants comme à Rome.

On voit bien que la confiscation par des élites autoproclamées de l’appareil politique conduit la jeunesse et une partie de la population à préférer n’importe quelle aventure puisque les détenteurs du pouvoir montrent leur incapacité à résoudre les problèmes qu’ils exposent au moment des élections : la solution n’est pas chez eux, écoutons au moins ceux qui s’en moquent, qui critiquent, qui s’embarquent sans vergogne vers le « faut qu’on y’a qu’à » du café du commerce.

Puisque nos Rigolettos nous amusent avec les hommes et les femmes politiques, pourquoi effectivement nous arrêter en chemin, choisissons aussi des amuseurs pour diriger le pays, dans le style on ne peut pas faire plus mal que les précédents !

On voit donc que ce que nous appelons improprement « populisme » est un savant mélange entre le tribun et le comique. Il y a du lyrisme chez nos nouveaux Coluche en plus d’un esprit de dérision incontestablement comique. Ces nouveaux leaders aspirant à la magistrature suprême sont écoutés avec ferveur parce qu’ils entrainent les foules, qu’ils se mettent à leur portée et surtout qu’ils font rire…aux dépens de tous les autres, ceux qui se croient intelligents mais dont les résultats sont si médiocres. Si les responsables des échecs successifs de nos politiques n’avaient pas été protégés par le « système » il n’y aurait aucun succès pour tous ces anti-systèmes qui envahissent nos écrans, si l’humour avait un peu plus habité nos politiciens « classiques », mais aussi le bon sens et le bien commun, il n’y aurait pas cette attirance pour les batteurs d’estrade, ces incontestables foules écoutant en riant les dernières plaisanteries du jour !

Malheureusement on ne va pas pouvoir répartir un argent qui n’aura pas été gagné, notre pays a perdu en 25 ans la moitié de son potentiel et de ses emplois industriels, tous les jours des décisions stupides sont prises sur des dossiers importants pour l’avenir du pays qui précipitent encore les difficultés ! Que l’on pense par exemple aux dernières plaisanteries comme le décret de fermeture de Fessenheim et la caricature de solution du dossier Chantiers de l’Atlantique, deux opérations qui ne laissent aux spécialistes que le rire : on ferme sans fermer et on italianise avec deux italiens au lieu d’un en gardant le contrôle, comme on avait fait une alliance hier entre Alstom et General Electric, entre Alcatel et Nokia, comme… il n’y a plus que l’humour pour ces catastrophes annoncées avec sérieux par des incompétents qui peuvent encore nous permettre de dormir !

Alors si Coluche ou un de ses descendants avec son humour et son bagout finit par enthousiasmer les foules au point de les persuader que le rire est la solution à tout, à qui la faute ? D’autant que nos Rigolettos sont heureux et applaudissent aussi comme on peut s’en apercevoir tous les jours dans nos émissions TV, en particulier celles du service public

Nos industries sont malades, très malades, certains industriels ont tenu au cours de ces dernières années avec beaucoup d’astuces et de détermination. Les Rigolettos les trainent dans la boue, les tribuns comiques les ridiculisent aussi, mais il faudra bien un jour leur demander s’ils veulent continuer à travailler pour le développement de leurs entreprises et pour le pays ! Leurs réponses risquent d’être moins drôles !

 

One Comment on “Beppe Grillo à la française”

  1. Mr Le Floch-Prigent, à nouveau merci de renommer les faits tels qu’ils sont. Pour être clair, et vous lisant, je ne sais toujours pas quel bulletin glisser dans l’urne. Faut-il juste choisir le moins pire tout en repérant dans son programme des propositions rappelant vos analyses (je n’en trouve pas…) et espérer par la suite trouver une sorte de surveillance des décisions politiques prises et des voies choisies. Sous quelle forme (associations, lanceurs d’alerte dans le domaine de l’entreprise et de l’industrie, groupe citoyen pour faire pression sur des élus en charge de dossiers sensibles, blog…) j’avoue ne pas le savoir et, une fois encore, je me sens impuissant et juste spectateur appréhendant ce qui risque d’arriver. Quoi qu’il en soit, encore merci pour vos écrits, que je partage et que j’ai plaisir à lire, pour leur intelligence vraie et leur réalité quotidienne.

Laisser un commentaire